Augmenter la vitesse de boule.

Pourquoi l’augmentation de la vitesse de boule est-elle nécessaire ?

Cela mériterait un article complet, mais il suffit de dire que les résines des boules actuelles ont une puissance d’impact ressemblant à une tonne de briques si la boule est lancée avec suffisamment de vitesse pour l’empêcher de perdre trop d’énergie avant d’arriver dans les quilles.

Les opinions concernant la vitesse minimum nécessaire au niveau des quilles varient, mais on peut dire qu’une vitesse de 16 miles/heure (25,74 km/h) au moment de l’impact est acceptable, 17 miles/heure (27,35 km/h) est mieux et 18 miles/heure (28,96 km/h) est encore mieux. Les rotations doivent augmenter avec la vitesse pour que le compromis reste équilibré.

Comme une boule perd entre 3 et 5 km/h sur la piste, suivant la friction générée, il suffit donc d’ajouter au moins 3 km/h pour obtenir la vitesse initiale minimum, soit 28 km/h.

Mais quand on prend en compte tous les facteurs intervenants, comme le volume d’huile sur la piste, la forme du profil de huilage, le nombre de joueurs sur la piste, l’usure de la piste (et oui les pistes synthétiques s’usent aussi) et d’autres influences comme la topographie, le concept de la vitesse de boule nécessaire se complique.

Les différences de topographie interviennent beaucoup sur la réaction de la boule. Pour éviter qu’elles influencent trop la trajectoire, il faut augmenter la vitesse de boule. Sinon, la gravité prend le dessus.

La nécessité d’être capable de modifier et d’adapter sa vitesse de boule suivant les circonstances devient plus compréhensible.

Reste à travailler à l’entraînement pour être capable de modifier sa vitesse de boule sans altérer son Timing, son lâcher et sa capacité à reproduire des lancers précis et efficaces.

Jeu de la piste en fonction de la longueur du huilage

Les longueurs de huilage sont divisées en 3 familles :

  • les huilages courts de 36 pieds et moins,
  • les huilages médiums de 37 à 42 pieds,
  • les huilages longs de 43 pieds et plus.

Concept du point de sortie du huilage :

Le concept du point sortie (ou latte de sortie) a été mis au point pour permettre aux joueurs de s’aligner et de choisir une ligne de jeu plus rapidement en fonction de la longueur du huilage, avant même les boules d’essai.

Basé sur une formule et de nombreux tests, le chiffre 31 doit être retiré de la longueur du huilage. La latte de sortie résultante est la même pour tous les joueurs quel que soit leur type de jeu, contrairement au Breakpoint (voir croquis ci-dessous).

Même latte de sortie mais Breakpoints différents

Pour un huilage court à 35 pieds, la latte de sortie du huilage sera la 35 – 31 = 4ème latte.

Pour un huilage médium à 40 pieds, la latte de sortie sera la 40 – 31 = 9ème latte.

Pour un huilage long à 43 pieds, la latte de sortie sera la 43 – 31 = 12ème latte.

Huilages courts :

La ligne est extérieure, près de la gouttière, pour éloigner la boule de la poche car la zone sèche est de 24 pieds minimum. Généralement, la ligne de jeu et la latte de sortie sont à droite de la 6ème latte, au moins au début du jeu.

Le profil du huilage est pratiquement plat entre les lattes 8 à droite et 8 à gauche. La pente est importante entre les lattes 4 et 8.

Il est préférable d’utiliser une boule faible à moyennement agressive, avec une surface poncée entre 500 et 2000. Avec un noyau symétrique, un RG bas, un différentiel faible (moins de Flare) et un équilibrage faible (distance Pin-PAP de 2 » 1/2 maxi). L’objectif étant d’obtenir une boule très stable qui perd de l’énergie pendant qu’elle est dans la partie huilée pour éviter une réaction brutale à la sortie du huilage.

Huilages médiums :

Les huilages médiums permettent une grande diversité de lignes de jeu. La zone sèche fait entre 23 à 18 pieds. La latte de sortie se situe entre la 6ème latte (37 pieds) et la 11ème latte (42 pieds).

Le profil du huilage médium est plus étroit que le profil du huilage court. La pente du profil de huilage est importante entre la 6ème et la 12ème latte en général. La pente peut être verticale au niveau de la 10ème latte pour les huilages récréation (ligues).

Le choix de boules et d’équilibrages est plus large que pour le huilage court ainsi que le choix de finition de la surface.

Les lignes de jeu sont plutôt intérieures (Inside à Deep Inside) et plus ouvertes.

Huilages longs :

Les huilages longs nécessitent de jouer une ligne moins ouverte que sur le huilage médium, plus proche de la poche, car la partie sèche est au maximum de 17 pieds (5,18 mètres du centre de la quille 1). Pour un huilageà 43 pieds, la latte de sortie est la 12ème latte. Il faut éviter de trop sortir la boule car la distance la séparant de la quille 1 est trop courte pour qu’elle puisse revenir.

Le profil de huilage est encore plus étroit que le huilage médium, on joue pratiquement sur 1/3 de la largeur de la piste.

Il vaut mieux attaquer avec une boule satinée au 2000 , au 3000 ou au 4000 au début du jeu, avec un RG médium à élevé, un Différentiel faible à médium (moins de Flare) et un équilibrage médium. Puis quand la tête de piste s’assèche, choisir une boule polie asymétrique pour avoir une réaction plus courte qui permette de revenir dans la poche en jouant des lignes de jeu intérieures (Inside) plus ouvertes.

Perçage conventionnel pour jeu à 2 mains sans le pouce

Le perçage pour le jeu à 2 mains sans le pouce évolue lui aussi, comme le reste pour le plus grand bien de notre sport.

Le principal problème rencontré par les adeptes du jeu à 2 mains, c’est la maîtrise de la trajectoire de la boule.

Les rotations communiquées à la boule peuvent atteindre des niveaux très élevés, de 400 à plus de 500 tours/minute. Cela nécessite une vitesse de boule dépassant les 30 km/heure pour que le compromis vitesse/rotations reste efficace.

Bien que l’augmentation des rotations permette d’augmenter la marge d’erreur au Breakpoint et dans la poche, la maîtrise de la trajectoire reste difficile pour les nouveaux adeptes. Les erreurs sont amplifiées et « l’arrosage » semble être très courant.

Jusqu’à présent, le perçage était fait pour la première phalange du majeur et de l’annulaire (en Finger), mais une nouvelle tendance propose de percer les doigts en conventionnel plutôt qu’en Finger. L’objectif étant de diminuer légèrement les rotations pour rendre la pratique plus facile et augmenter la maîtrise de la trajectoire.

Cette modification de la profondeur des trous s’accompagne d’une augmentation de l’angle arrière des trous des doigts pour ne pas retenir la boule et ne pas perdre d’énergie. Un angle de 1 pouce arrière (Reverse) est conseillé.

Pour l’avoir testé, la sensation est agréable et le contrôle de la tenue de boule amélioré. Les doigts sortent aisément (à condition qu’ils ne soient pas trop serrés) et sans retenue, les rotations sont au rendez-vous et le plaisir aussi.

Voici un exemple de plan de perçage, les angles latéraux et le Bridge peuvent être aménagés :

J’ai trouvé que la position de la main était plus facile à contrôler. La paume de la main se plaçant naturellement toujours au même endroit ce qui évite des modifications importantes et non désirées de la position de la bande de roulement d’un lancer à l’autre. Ces modifications utiles à haut niveau, demandent trop de maîtrise pour ceux qui veulent se faire plaisir en jouant à 2 mains sans le pouce.

NOTE : Les positions du Pin et du CG (et du PSA si asymétrique) dépendent de la position de la bande de roulement du joueur (coordonnées du PAP) et de l’équilibrage dynamique choisi.

Solutions aux problèmes de sortie du pouce

Traduction dun article de Tyrel Rose dans BTM de juin 2019.

L’un des concepts le plus compliqué à solutionner au bowling, c’est « la sortie du pouce » et sa régularité.

Les problèmes de sortie du pouce sont difficiles à résoudre car le lâcher prend seulement une fraction de seconde en ne considérant qu’une partie du lâcher. Un petit changement dans le timing et la sortie du pouce n’est plus la même. C’est aussi l’une des dernières choses à arriver dans une série de mouvements complexes, aussi les causes de problèmes sont-elles nombreuses. Il ne faut pas être surpris que beaucoup de joueurs aient des problèmes pour sortir le pouce avec régularité.

Lire la suite