Performances et durée de vie des boules réactives

Dans cet article, nous allons voir la régression des performances d’une boule de bowling à partir d’une analyse microscopique et macroscopique, que l’on appelle ‘’durée de vie’’ et les différentes techniques qui permettent de prolonger cette durée de vie.

Traduction d’un article de Nick Siefers, ingénieur de recherche à l’USBC.

La capacité à absorber l’huile est déterminante pour la performance d’une boule de bowling. C’est ce qui lui permet, grâce au Flare de sa bande de roulement, d’avoir toujours une surface propre en contact avec la piste pendant sa trajectoire.

Comme la surface de la boule en contact avec la piste est sèche, la friction est augmentée et par là-même le crochet, par rapport à une boule qui n’absorbe pas l’huile.

Les questions qui se posent sont : ‘’Où passe l’huile une fois absorbée dans la boule ?’’ et ‘’L’absorption d’huile modifie-t-elle la réaction de la boule ?’’

Certains pourraient ne pas y croire, mais les joueurs et les opérateurs de pro-shop savent que les différentes compositions chimies de la coque, la texture de sa surface et le potentiel de Flare affectent la réaction de la boule.

Aussi, nous savons qu’au fur et à mesure des avancées technologiques et l’apparition de nouvelles boules, leurs performances sont accrues, le crochet et la friction étant généralement en augmentation. Il faut garder cela en mémoire  mais se concentrer sur l’absorption d’huile.

2 techniques sont utilisées en laboratoire pour analyser un petit échantillon de matière de coque et prévoir les performances de la boule sur la piste suivant sa formulation chimique :

1/ Atomic Force Microscopy (AFM)

2/ Mercury Intrusion Porosimetry (MIP)

L’AFM, un microscope à très haute résolution (fractions de nanométres), procure un profil en 3 dimensions de la surface.

Dans la méthode du MIP, du mercure est injecté sous pression contrôlée pour pénétrer dans les porosités de l’échantillon. Les mesures de pression prises, procurent des données sur le volume, la taille des porosités et la densité du composite polymérisé.

Pages : 1 2 3

Un commentaire

Laisser un commentaire

Pages : 1 2 3