L’huile de piste

Il y a eu beaucoup de choses écrites au sujet de l’évolution des boules de bowling, les modifications de la matière de la coque, les noyaux, les techniques de perçage, les réactions des boules, etc…

Mais peu de choses au sujet des huiles de piste !!!

Les joueurs ont vite fait de se féliciter quand ils jouent bien, mais nous savons tous que lorsqu’ils jouent mal, c’est la faute des conditions de jeu. Alors pourquoi n’y a-t-il jamais eu plus d’informations sur ce que sont véritablement les huiles de piste ?

De nos jours, il y a de nombreux additifs dans les huiles, des viscosités différentes, des niveaux de tension de surface différents et bien d’autres caractéristiques encore, et les sociétés qui fabriquent et commercialisent les huiles proclament toutes que leur produit « protège mieux la piste », « tient plus longtemps », et « ne génère pas de transfert ».

Tout cela est bien joli, mais de quoi parlons-nous ? Et tout d’abord, l’huile, à quoi ça sert ?

Le rôle de l’huile c’est d’abord de :

  • protéger le revêtement de la piste, surtout en tête de piste. La friction générée lors d’un impact de boule provoque un point éclair de 500°C.
  • permettre aux boules de glisser pour conserver leur énergie jusqu’aux quilles.

L’huile intervient aussi sur le niveau des scores en fonction de sa répartition sur la piste.

 

Historique des huiles de piste :

Au début du bowling, il n’y avait pas d’huile sur les pistes en bois, ni de vernis d’ailleurs.

Le bois s’usait très rapidement. Il a fallu le protéger en le vernissant. Puis il a fallu protéger le vernis en déposant de l’huile. Le cycle infernal a commencé à partir de ce moment-là.

Pourquoi infernal ? Tout simplement parce qu’à partir de ce moment, les fabricants de boules ont commencé à créer des boules plus agressives et les fabricants d’huile des huiles plus épaisses. De nos jours, cette course effrénée s’est accélérée. Les revêtements en bois ont été remplacés par des revêtements synthétiques plus durs, générant moins de friction, mais le problème subsiste. Les joueurs aiment les boules agressives et se plaignent que les pistes ne sont pas huilées correctement. Et si on utilisait des boules moins agressives ???

Les joueurs devraient améliorer leurs qualité de jeu et de lâcher !

Bon j’arrête de rêver ! Revenons aux huiles.

Les premières huiles étaient à base de solvant. Elles furent développées dans les années 1940 et utilisées pendant l’ère des boules caoutchouc et plastiques (polyester). L’idée de départ était que les solvants devaient être ajoutés à l’huile minérale de base pour ralentir l’absorption des saletés et aider à nettoyer la piste. Ce fut très important à cette époque car la plupart des bowlings ne nettoyaient leurs pistes qu’une fois par semaine, ou par mois, ou même jamais. Mais qui pourrait les en blâmer, alors que tout se faisait à la main, pas de machines à huiler !!!

Ensuite, apparurent les huiles 100% solides. Elles furent simplement une progression vers la suppression des solvants dans la composition de l’huile. L’ère des boules uréthanes est à l’origine de cette évolution. Dans les années 1980 à 1995, les produits contenaient entre 4 à 8 composants, avec l’huile minérale comme composant principal, représentant 98% de la plupart des mélanges.

Puis vinrent les huiles à ‘’Haute Performance’’. Elles sont devenues populaires et indispensables dans les bowlings aujourd’hui pour répondre à l’agressivité des nouvelles boules dites « réactives ».

L’objectif principal étant de minimiser les modifications des réactions des boules et d’augmenter la régularité de l’application de l’huile.

Pages : 1 2 3 4

Laisser un commentaire

Pages : 1 2 3 4