Les machines à huiler actuelles

Les machines à huiler et dégraisser ont été créées pour obtenir des conditions de jeu plus régulières d’un jour à l’autre. Le travail des mécaniciens s’en est trouvé facilité.

Les technologies utilisées peuvent être très différentes.

Il y a quelques décennies encore, il fallait déposer l’huile sur la piste soit avec une serpillière imbibée, soit avec un pulvérisateur.

1

La protection du vernis des pistes en bois était assurée ainsi.
Les premières machines à huiler ne faisaient que huiler, il fallait d’abord dépoussiérer la piste manuellement avec un Lane Duster tiré à la main, puis la dégraisser à la main ou avec une machine poussée manuellement (Century VLS ou DBA lane Shark). Les machines actuelles font ces 3 opérations dans la même course.

Entre-temps, on a utilisé un ‘’balais huileur’’, qui a révolutionné les conditions de jeu, surtout en France, car l’inventeur Louis Cuirot était français.

Les machines actuelles commencent par dépoussiérer et dégraisser la piste pour déposer l’huile sur une piste propre, en général au moins une fois par jour pour assurer le bon entretien, la propreté et l’efficacité des pistes et offrir aux clients de bonnes conditions de jeu plus régulières.
Comme la poussière se fixe sur l’huile et qu’elle est abrasive, il faut utiliser la machine à huiler souvent pour protéger la surface des pistes, qu’elles soient en bois ou en synthétique.
Ces machines sont programmables et ont plusieurs profils de huilage en mémoire, à utiliser suivant le niveau de jeu des joueurs. Chaque profil de huilage peut avoir une forme, une longueur, un volume et des ratios (largeur et longueur) différents.

Les profils de huilage interviennent sur le niveau des scores. La façon de les jouer sera abordée dans le chapitre « Stratégie de jeu ».

Chaque machine utilise une technologie de huilage différente, soit par feutres et capillarité, soit par 39 injecteurs (1 par latte), soit par un injecteur unique qui se déplace.

Dans tous les cas, l’huile est déposée sur une certaine distance que ce soit sur la brosse ou directement sur la piste (pratiquement les 3/4 de la longueur du huilage). Puis, la brosse (qui est en quelque sorte la mémoire du profil de huilage) continue de déposer ce qui lui reste d’huile sur une longueur appelée Buffing ou dégressif. La brosse est relevée à la fin du huilage et la fin de la piste est sèche.

Pages : 1 2 3

Laisser un commentaire

Pages : 1 2 3