Le pouvoir de l’équilibrage : mythe ou réalité?

Au bowling, la distance parcourue par la boule en glissant (en ligne droite), le contrôle (la réaction ou le manque de réaction) et la trajectoire (garder la boule sur la trajectoire désirée) sont tous affectés par la répartition de l’huile sur la piste (volume, longueur et forme du début à la fin et d’un côté à l’autre) et par l’évolution des conditions suivant le type de joueurs évoluant sur vos pistes.

La coque, la préparation de la surface et la réponse à la friction.

Comprendre la réponse à la friction signifie d’abord comprendre comment la coque de la boule réagit et répond quand elle passe de la zone huilée à la zone sèche en fin de piste.

Une coque à réponse lente réagit plus doucement sur une distance plus longue quand elle rencontre de la friction à la sortie du huilage et a un mouvement contrôlable.

Une coque à réponse rapide réagit plus violemment sur une distance plus courte avec un mouvement plus angulaire.

La surface de la boule est le facteur le plus influent sur la réaction de la boule et son mouvement. La surface (coque et texture) représente environ 70 à 75% de la réaction et intervient sur la longueur de glisse.

La surface exerce la plus grosse influence sur la façon de ralentir de la boule et sur l’endroit où elle le fait. Et oui, les boules doivent ralentir de la ligne de faute aux quilles pour pouvoir réagir, même si elles semblent accélérer quand elles changent de direction à la fin de la piste.

Plus la boule a de surface (poncée), plus la traction est créée tôt sur la piste et plus son ralentissement commence tôt. Son temps de réponse à la friction est plus long et la réaction plus douce.

Quand il y a moins de surface (plus polie), c’est l’opposé qui se passe : le temps de réponse est plus court, la réaction plus anguleuse et la boule peut devenir beaucoup plus sensible aux conditions de jeu et à la friction. Si la surface est trop polie, la boule va amplifier les effets dus à l’huile et à la friction, ce qui va provoquer trop de glisse dans l’huile (avec donc un ralentissement insuffisant) et trop de réaction en présence de la friction.

L’ajustement le plus facile après le perçage de la boule, est d’ajuster sa surface. La surface peut être modifiée depuis le grain 360 au grain 4000, ou/et être polie.

Les équilibrages (Layout) et les propriétés dynamiques du noyau.

Maintenant, en gardant à l’esprit les facteurs mentionnés précédemment, voyons comment les propriétés dynamiques du noyau peuvent influencer la réaction et le mouvement de la boule de bowling.

La quantité de Flare d’une boule de bowling (croisement de ses bandes de roulement) peut affecter sa réaction soit positivement, soit négativement. Quand les bonnes forces sont appliquées (par le joueur), une boule de bowling va essayer de changer de direction. Si la boule peut perdre de la vitesse correctement (pensez à une voiture glissant sur la glace et essayant de changer de direction), alors les propriétés dynamiques du noyau vont influencer la réaction de la boule. C’est pourquoi sa surface est tellement importante. Si la boule ne perd pas de vitesse, ça ressemble à une voiture patinant sur la glace et les propriétés dynamiques du noyau ne peuvent pas intervenir.

Distance Pin-PAP.

Les équilibrages (LAYOUTS) sont mieux définis par la distance du Pin au Point d’Axe Positif (PAP). Le mouvement de la boule est affecté par sa quantité de Flare et les distances différentes Pin-PAP créent différents potentiels de Flare.

2

La distance Pin-to-PAP affecte le potentiel de Flare de la boule. La position du Pin ne doit pas provoquer le roulement de la boule sur les trous de tenue quand elle Flare. 

Pages : 1 2 3 4 5 6

Laisser un commentaire

Pages : 1 2 3 4 5 6