Le moment de vérité

Tous les pros qui ont des résultats ont une base, une fondation, bien équilibrée à partir de laquelle ils peuvent lâcher la boule dans de bonnes conditions. Le lâcher et l’accompagnement ont des tas de composantes : les pieds, les jambes et le haut du corps doivent être correctement positionnés pour que le joueur puisse délivrer le meilleur lancer adapté à son style de jeu.

Commençons par les pieds.

Le pied de glisse doit être parallèle à la ligne de visée (la trajectoire de la boule).

Si le joueur ouvre et joue une ligne vers la droite, le pied doit être orienté vers la droite aussi.

Si le joueur joue une ligne parallèle aux lattes, le pied est parallèle aux lattes.

Si le joueur joue la quille 7 (droitier), le pied doit être légèrement orienté vers la gauche.

Il est aussi très important que le pied de glisse se trouve directement sous l’épaule gauche du joueur (droitier). En faisant un arrêt sur image d’une vidéo, vous devez pouvoir tracer une ligne verticale depuis l’intérieur du pied jusqu’à l’épaule (voir photo Sean Rash page 1). Cette ligne perpendiculaire au sol est la ligne d’équilibre et cet alignement doit être maintenu pendant le lâcher et l’accompagnement.

Passons aux jambes.

La jambe de glisse doit avoir suffisamment de flexion pour que le bas de la boule arrive juste au-dessus de la cheville, ou légèrement plus bas quand la boule est au point bas du balancier, prête pour commencer à quitter le pouce. La rotule de la jambe de glisse doit être juste au-dessus du coup de pied à cet instant.

Avant ça, la jambe droite (droitier) doit s’effacer pour laisser la place au balancier. Le genou de cette jambe va vers la gauche, ce qui aide à baisser l’épaule pour le basculement latéral du buste et à créer un espace pour laisser passer la boule. La pointe de ce pied doit rester en contact avec la surface de l’approche (ou très proche) pendant son déplacement vers la gauche.

Quand la boule arrive dans la zone du lâcher, vu de côté, le bras droit doit être perpendiculaire au sol. Il doit aussi être parallèle à la jambe, juste avant que la boule ne quitte le pouce. Pour des joueurs comme Mika Koivuniemi, qui plie beaucoup le coude et les joueurs qui ont le poignet en coupe, le bras doit être légèrement derrière le genou quand la boule est prête à quitter le pouce.

Les angles de flexion du buste ont beaucoup d’influence sur le lâcher et sur la stabilité du corps au lâcher. La flexion vers l’avant du buste permet au bas de la boule d’être au niveau de la cheville au point bas du balancier et la flexion latérale du buste crée un espace pour que le bras et la boule passent sous le corps, de l’intérieur vers l’extérieur.

Pages : 1 2 3 4

Laisser un commentaire

Pages : 1 2 3 4