Le bowling expliqué autrement

Une autre façon d’en parler, est de dire que plus le Différentiel est élevé, plus le potentiel de réaction totale de la boule sera important quand elle va commencer à ralentir et faire sa 1ère transition en passant de sa phase de glisse à sa phase de crochet.

Si le joueur désire conserver sa ligne de jeu plus en face de lui, alors il faut choisir une boule avec un Différentiel plus faible (0,025 à 0,040 pouce par exemple) pour favoriser une transition plus douce.

Ce qui nous amène à contrôler le Flare de la boule et comprendre ses effets sur la réaction de celle-ci. Les boules percées pour être très agressives ont trop de Flare et de traction, ce qui crée de l’instabilité et de l’irrégularité, les deux étant néfastes pour l’efficacité dans les quilles. PLUS N’EST PAS TOUJOURS MIEUX.

Comme avoir trop de surface sur la boule, trop de Flare la rend plus difficile à contrôler. Les deux agissent comme si on raccourcissait la piste. Trop de surface peut créer une réaction en Hook Out ( la boule finit tout doit sans action), alors qu’un équilibrage top fort peut créer un Over-Flaring (bandes de roulement qui se superposent). Les deux agissent au détriment du but final qui est d’arriver dans la poche avec un maximum d’efficacité.

Le mieux étant de trouver l’équilibrage le plus efficace pour votre jeu pour que le perceur ait un peu de liberté d’action et puisse ajuster la réaction de la boule en faisant un trou d’équilibrage qui peut augmenter ou diminuer le Flare de la boule et donc sa réaction si nécessaire.

Les conditions météo : l’ennemi invisible dans notre environnement.

C’est là que la confusion commence pour les joueurs de bowling… le huilage de la piste !

Les profils de huilage ont créée plus de confusion dans l’esprit des joueurs de bowling que tous les autres facteurs dans ces 15 dernières années.

Pages : 1 2 3 4 5 6

Laisser un commentaire

Pages : 1 2 3 4 5 6