Dois-je bouger ou pas?

Ajustements latéraux et/ou changement de boule en ligue.

Article de Rob MAUTNER dans Bowling This Month (BTM) de février 2017.

Bouger latéralement ou bien changer de boule pour s’adapter aux évolutions du huilage, telle est la question que se posent la plupart des joueurs aujourd’hui.

Bouger, changer de boule ou bien les 2 à la fois? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Par le passé, avant le bowling moderne, les joueurs n’avaient que peu de choix. Ils ne jouaient qu’avec une seule boule et quand les pistes évoluaient, ils montaient (décalage vers le centre de la piste) au fur et à mesure que la piste s’asséchait ou ils descendaient (vers la gouttière côté boule) pour compenser les transferts importants et continus dans la zone sèche provoqués par les boules polyester et caoutchouc dur avant 1980, puis par les boules en uréthane à partir de 1980.

Aujourd’hui, tellement de choses ont changé que le jeu est devenu différent. A l’époque des boules polyester, il fallait chercher de la friction pour avoir un crochet. De nos jours, trop de friction est l’ennemi, elle génère une perte d’énergie et donc une perte d’action dans les quilles. Au lieu de chercher de la friction, on cherche maintenant de l’huile, de la glisse. Les transferts sont atténués et moins sensibles, aussi bouge-t-on toujours latéralement vers le centre de la piste pour retrouver de l’huile et préserver l’énergie de la boule. On sait qu’un déplacement vers l’extérieur (vers la gouttière côté boule) pendant une ligue va générer plus de friction et donc faire perdre l’énergie de la boule trop tôt.

Un autre facteur important dans le bowling moderne, c’est la diversité des styles de jeu, en particulier chez les droitiers. Il est très courant de voir des joueurs utiliser la 2ème flèche comme repère de passage, d’autres autour de la 3ème flèche et d’autres enfin autour de la 4ème avec des trajectoires importantes. La ligne de jeu des partenaires ou des adversaires détermine souvent le choix de votre boule avec laquelle démarrer la ligue, mais aussi le choix de votre ligne de jeu.

Retour dans le passé.

Au milieu des années 1990, les pistes synthétiques étaient nouvelles et on s’aperçut que l’huile au lieu d’être absorbée par la piste en bois, l’était par ces nouvelles boules en résine réactive et que les conditions de jeu évoluaient différemment sur le synthétique et sur le bois.

Les boules réactives rentrent plus que les boules polyester ou uréthane. Ces nouveaux monstres absorbent l’huile de la piste rapidement comme le feraient des éponges, alors que nos anciennes boules déplaçaient l’huile de la tête de piste vers la fin de piste. Puis les boules évoluèrent encore avec les noyaux et leurs propriétés dynamiques (croisements des bandes de roulement ou Flare), ce qui donna une nouvelle dimension au jeu, un fait qui est généralement méconnu pour la bonne et simple raison qu’il n’est pas bien compris.

Notre sport a donc changé rapidement en quelques années.

Beaucoup de joueurs comprirent qu’avec l’assèchement rapide des pistes, il était plus prudent d’utiliser une boule polyester pour jouer les spares.

Le jeu en ligue aujourdhui.

Il faut commencer par faire la différence entre les 3 formes actuelles de ligues : ligues débutants, ligues clubs et ligues scratch ou sportives. Dans chaque cas, la façon dont les joueurs vont devoir s’adapter aux évolutions du huilage est différente.

Ligues débutants (huilages récréation très scorables) :

Dans ces ligues qui se jouent en individuel ou en doublettes en général (avec handicap), vous allez trouver beaucoup de gens qui jouent au centre de la piste avec des boules de râtelier polyester et d’autres qui jouent autour de la 2ème flèche avec des boules réactives début de gamme ou polyester, ce qui va provoquer rapidement des transferts dans la partie sèche de la piste. Tout dépend qui joue sur votre paire de pistes avec quoi et où. Vous aurez peut-être à ajuster votre position dès le début de la 1ère partie à cause des transferts (linéaires et continus) générés par les boules polyester. Il faut donc apprendre à observer la trajectoire des 3 autres joueurs pour faire les bons choix, comme vous serez amené à le faire quel que soit votre niveau de jeu au fur et à meure de votre évolution.

Ligues clubs (huilages challenge très scorables) :

Dans ces ligues qui se jouent généralement en doublettes ou en triplettes avec handicap, la plupart des joueurs possèdent leur matériel et utilisent des boules réactives plus ou moins agressives. Ce qui va provoquer un assèchement de la tête de piste plutôt qu’un transfert dans la zone sèche en fin de piste. A la fin des boules d’essai (3 minutes par joueur) on peut être confronté à un recul du Breakpoint provoqué par le léger dépôt en pointillé des boules réactives. Un léger décalage vers la droite suffit pour compenser, puis rapidement il faut commencer à se décaler vers la gauche (en position de départ et au repère de passage, exemple : 2 lattes au pied en position de départ et 1 au repère). Plus vous vous décalerez vers la gauche et plus il vous faudra utiliser une boule agressive pour qu’elle puisse revenir dans la poche avec suffisamment d’énergie tout en restant dans votre zone de confort. Il vaut donc mieux commencer avec une boule moyenne pour pouvoir monter en gamme au fur et à mesure des décalages puisqu’on joue dans une zone de plus en plus huilée. Vous devez aussi apprendre à observer les autres joueurs de votre paire de pistes pour faire vos choix de trajectoire. Il vaut mieux pouvoir s’appuyer sur l’assèchement généré par les autres joueurs en jouant légèrement plus haut qu’eux.

Ligues scratch ou sportives (huilages sportifs) :

Dans ces ligues beaucoup moins nombreuses, hélas, le niveau des joueurs est plus élevé et ils peuvent jouer avec ou sans handicap. Les trajectoires sont souvent plus importantes et les angles de pose plus ouverts. Ces ligues demandent une plus grande capacité d’adaptation aux importantes évolutions du huilage. Ce dernier est en effet par construction moins scorable avec un ratio latéral plus faible. L’évolution du huilage est différente car les joueurs ont des types de jeu différents (Strokers, Tweeners, Crankers, joueurs à 2 mains) et qu’ils sont tous en principe plus précis et plus réguliers. Les zones d’assèchement sont plus définies et lors de décalages il faut souvent sauter une zone déjà asséchée par un autre joueur. Il faut donc être encore plus vigilant et bien appréhender les lignes de jeu des autres joueurs sur votre paire de pistes. En fonction de votre style de jeu, vous pourrez être amené à sortir de votre zone de confort, d’où la nécessité de s’entraîner pour être préparé à cette éventualité.

Pages : 1 2 3

Laisser un commentaire

Pages : 1 2 3