Comment attaquer et jouer un huilage

L’objectif d’une gestion correcte des conditions de jeu, est d’assécher une petite partie de la piste pour créer une zone sèche et pouvoir se déplacer vers l’intérieur de la piste pour avoir du Hook vers l’extérieur et de la glisse vers l’intérieur, une marge d’erreur en quelque sorte. Si vous avez un joueur qui joue pratiquement droit et un autre qui écarte beaucoup avec plein de tours, il est difficile de créer une ligne de jeu asséchée et d’en tirer avantage. Le fait d’avoir des joueurs qui jouent ensemble avec le même objectif d’assécher une ligne de jeu, est un avantage incontestable.
En 2008, nous avons commencé les boules d’essai en visant entre la 6ème et la 8ème latte, avec un équipement agressif, des pins bas et des surfaces au 1000 Abralon environ, sauf un joueur qui avait une surface au 500.
Ma boule de départ était au 1000, avec le Pin sous l’annulaire et un angle de perçage à 60°. Une surface plus agressive (poncée) enlève plus d’huile de la piste, mais surtout, elle adoucit la réaction de la boule en sortie d’un huilage frais, ce qui est vital sur un huilage sportif. Je ne peux pas m’imaginer commencer avec une boule polie sur un huilage sportif sauf en cas de nécessité, si le volume d’huile est faible.
En plus d’enlever l’huile dans la zone des 6ème, 7ème te 8ème latte pour créer une zone de rebond à atteindre, notre objectif est aussi de réduire la réaction extrême de glisse/cassure, provoquée par le volume important d’huile en tête de pistes.
Je pense qu’une équipe de joueurs à rotations importantes aurait débuté autour de la 10ème latte et se serait décalé ensuite vers l’intérieur, avec probablement moins de surface et des Pins plus hauts.
Le jeu était plutôt plus à l’intérieur au départ pour eux, les joueurs à rotations importantes auraient eu des difficultés en jouant entre 6 et 8.
La stratégie de « départ à l’intérieur » semblait produire de meilleurs scores, mais les probabilités de souffrir plus tard sur la dernière ligne étaient vraisemblables. C’est ce qui est arrivé à une équipe jouant 2 jours avant nous, et ils dirent que la piste était trop ouverte à la fin et l’efficacité dans les quilles diminuée, ainsi que la réaction trop violente.
Objectivement une autre clé de réussite dans ce championnat USBC était de faire les bons ajustements et les changements de boules corrects lorsque commençait la transition des pistes. Malgré nos problèmes au départ, nous sommes restés sur que ce que nous avions prévu et sur ce que Mike Jasnau nous avait dit, que « le lancer se développerait », aussi fallait-il être patients. Et cela arriva au milieu de la première ligne, aussi sommes-nous restés attentifs. La deuxième chose que l’on savait, c’est que les strikes allaient s’enchaîner.

Pages : 1 2 3 4

Laisser un commentaire

Pages : 1 2 3 4