Assèchement et transfert

Il faut noter que les transferts n’étaient pas un problème jusqu’aux années 1980, particulièrement en milieu et fin de décennie. Avec l’arrivée des boules uréthanes et des noyaux dont la dynamique avait augmenté, il a fallu augmenter la quantité d’huile.
Comme de plus en plus de joueurs utilisaient ces boules, qu’ils commencèrent à poncer la coque de leur boule et à utiliser des techniques de perçage nouvelles pour créer davantage de déséquilibre dynamique, il fallut à nouveau augmenter la quantité d’huile déposée sur les pistes, pour mieux protéger la surface des pistes et permettre à ces boules agressives de rester sur la piste pour satisfaire les joueurs.

C’est à partir de ce moment que les transferts commencèrent à devenir une part importante de l’environnement de jeu en quelques parties seulement.

Avant les boules uréthanes, quand les boules caoutchouc et les boules polyester équilibrées dynamiquement étaient majoritairement utilisées, il y avait moins besoin d’huile et il n’y avait donc pas de transferts significatifs. Bien sûr, il y avait des transferts après plusieurs journées de jeu, quand les pistes n’étaient pas dégraissées chaque jour mais une fois par semaine. Mais cela n’arrivait pas dans les tournois PBA des années 1980 dont les pistes étaient dégraissées tous les jours.

Les transferts créés par les boules avec Flare sont complètement différents, autant que ces boules plus agressives avec diverses dynamiques internes permettant aux joueurs de jouer les pistes aujourd’hui.

Du fait que les déséquilibres dynamiques soient devenus si importants, cela a augmenté les échelles de Hook disponibles et a permis aux joueurs de jouer les pistes sur une zone plus large que par le passé. Quand les boules étaient moins déséquilibrées dynamiquement et ne rentraient pas autant, tout le monde jouait la piste pratiquement dans la même zone, générant une zone de transfert plus étroite.

Ce déséquilibre dynamique engendre le Flare, le croisement des bandes de roulement et le Flare des bandes crée ce qu’on appelle les ‘’Bow Ties’’ (les 2 croisements opposés à 180° des bandes) à la surface de la boule. Ces 2 points de croisement sont les seules parties de la boule avec de l’huile qui touchent la piste à chaque révolution. Plus le RG Différentiel est élevé, plus l’écartement entre les bandes de roulement est important et plus ces 2 points sont petits. Ce qui en retour crée des dépôts en pointillés de 2 à 3 pouces de longueur. Par exemple, sur un huilage à 40 pieds, une bande de transfert de Flare peut se trouver de 41 pieds à 41 pieds et 3 pouces, etc…

Par conséquent, quand une partie propre d’une boule de bowling vient en contact avec ces courtes bandes de transfert, cela ne change pas beaucoup sa réaction au début. Mais, au fur et à mesure, les dépôts se font plus nombreux et à cela viennent s’ajouter les transferts longilignes créés par les boules sans Flare des boules de spare, mais pas aussi rapidement que dans les années 1980.

Pages : 1 2 3 4

Laisser un commentaire

Pages : 1 2 3 4